Wintzenheim, haut- lieu du théâtre amateur

 »Huby Wiegert Participant des soirées dramatique de Hohlandsbourg »


Sur cette photo on peut voir le montage du dispositif scénique dans la cour intérieur du château

 

En juillet 1963, fut présenté devant la mairie de Wintzenheim,  » Don Juan de Tirso de Molina ».
Cette pièce avait été réalisée dans le cadre d’un stage national d’Art dramatique. La mise en scène fut assurée par Paul Sonnendruker qui était alors Conseiller Technique d’art dramatique à Jeunesse et Sports.

 

* en arrière plan Dominique Sonnendrucker
* en blanc la statue du commandeur André Leroy
* en avant scène Catalinon valet de Don Juan interprété par Huby Wiegert
* en face du valet Don Juan interprété par Luc Michel
Parmi les stagiaires, se trouvaient des citoyens de Wintzenheim.
Les 80 stagiaires étaient hébergés dans les classes de l’école primaire aménagée en dortoirs. Pour les repas, on fit appel aux restaurateurs de la cité. Les répétitions avaient lieu dans la cour de l’école aujourd’hui baptisée « la Dame Blanche », où les décorateurs avaient aménagé un gigantesque plateau.
Des dames du village passèrent de sérieux coups de main à l’atelier de couture, où furent réalisés les costumes de l’époque de la Renaissance espagnole.
Fin Juillet 1963, le spectacle fut prêt et les stagiaires présentèrent la pièce sur la place de l’église. L’aire scénique occupait l’avant du grand escalier de la Mairie.Les spectateurs nombreux étaient composés de touristes et d’habitants des communes avoisinantes.
Ayant remarqué la réussite de cette activité culturelle, le maire, Robert Sibler et le conseil municipal, décidèrent de renouveler cette animation, mais en un autre lieu, car il était impossible de bloquer tous les soirs la route nationale 417.

Répétition dans la cour de l’école « la dame Blanche » (de dos Huby Wiegert)
Le choix du lieu se porta sur le château de Hohlandsbourg. Monter une pièce de théâtre; dans un lieu qui était à l’époque si délaissé et si totalement encerclé par la végétation, paraissait être une opération titanesque. Néanmoins, fin mai 64, nous fîmes un repérage avec Paul Sonnendrucker qui tomba amoureux de ce lieu magique. Il décida aussitôt d’y monter la » Guerre des Paysans en Alsace”. Cela ne manquait pas d’audace :en effet il fallut monter le matériel de théâtre, installer des plateaux, tirer des câbles d’électricité et monter un groupe électrogène. Les premières répétitions débutèrent le 8 Juillet 1964. et fin juillet furent données huit représentations. Les stagiaires de la Guerre des paysans furent les pionniers de l’Animation du château pour laquelle ils ne ménagèrent ni temps, ni sueur, ni imagination.
D’autres spectacles furent donnés au château dont un des plus importants fut, en 1967″, Goetz Von Berlichingen » de Goethe avec une centaine de comédiens et de figurants ainsi que des chevaux et des cavaliers.
Après les événements de mai 68, la Comédie moderne de la Sorbonne s’installa au château pour monter la « Mort de Danton » où, tous les soirs, la guillotine tranchait la tête de l’illustre révolutionnaire. Pour ceux qui s’en souviennent, cette guillotine fut installée sur la tour intérieure du château.

Une scène de la guerre des paysans au centre le seigneur de Ribeaupierre (Huby Wiegert)

Un soir même, elle ne voulut plus descendre à la suite d’un incident technique. Cette troupe de la Sorbonne prit son envol au château du Hohlandsbourg et devint une troupe de théâtre parisienne très réputée. Elle parcouru tout l’hexagone sous le nom de « Théâtre de l’Aquarium »
En 1969, les  » Jeux de Robin et Marion » furent une autre réalisation, mais qui n’arriva pas à son terme. Certains stagiaires voulurent utiliser la pièce de théâtre pour exprimer des revendications dans « l’air du temps » de l’époque (68). Le Maire fit interdire le spectacle et la presse nationale (Monde; Canard enchaîné), se mêla de la polémique pour défendre les acteurs. Mais par décision administrative le stage fut annulé. Cet épisode tua dans l’oeuf une manifestation artistique qui aurait pu devenir un des rendez-vous culturels de l’agglomération colmarienne.
Le théâtre amateur vola vers d’autres lieux: le château du Morimont et par la suite Seppois, dans le Sundgau.

pas de Commentaires

Aucun commentaires

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a comment